Where are you? => In Nobody Land

Vous ne trouverez en ce lieu que délires et idées sensées, à vous de faire le tri.
Croire que vous sortirez d’ici enrichis n’est pas une erreur hors matériellement parlant
Vous êtes dans un morceau d’éternité dédié à ce que nous sommes
: RIEN

Ici veut se reposer the Men at Work

Vous qui passez pour me voir
Ou
Peut être me dire bonsoir
Ou
Bonjour même le soir

Je me ferai un devoir
A
Répondre sans sursoir
A
Votre quête du Savoir

Qui suis-je?.........................................Moi
D'où vient le vent?.............................Ca dépend
Qui a-t-il après l'infini?.....................Rien
Qui a-t-il eu avant le Big Bang?.......Nous

mercredi 24 avril 2019

Suis-je réel ?

Question existentielle s’il en est !
Pour qu’elle raison la poser ?
Une réminiscence d’une sombre histoire d’un papillon et d’un homme ?
Parce que comme dans certains films (mais était-ce bien des films ?), je « décide » de faire un break de certaines « vies » liées à un réseau dit « social » que je trouve trop chronophage avec des automatismes journaliers me donnant l’impression d’être dans « Un jour sans fin ».

(Quelqu’un aurait-il vu ma toupie ?)

Décider de sortir de la matrice est faisable.
Du moins me semble-t-il.
Mais pour combien de temps ?
Et la quitte-t-on vraiment ou nous créé-t-elle un espace où l’on se croit à l’abri (en pensant cependant à elle) alors qu’elle continue à construire notre cocon ?
J’ai eu le plaisir d’être assailli, relancé, encore et encore, par des rappels et notifications diverses (dont plusieurs fois les mêmes) sur tout ce qui se passe dans ce monde en mon absence et auquel un simple clic peut me reconnecter.
Je « loupe » tant de choses et abandonne tant « d’amis » que je devrais avoir honte de me retirer de cette routine qui devrait pourtant suffire à remplir mon horizon en orientant de plus mes désirs par l’observation continue de mes « préférences » et de mes propos.
Et si mon intérêt n’est pas ravivé par mes habituels lieux d’expression, c’est petit à petit des propositions émanant de la liste de mes « contacts » et leurs publications qui ne peuvent que me ramener au bercail selon un calcul tout mathématique.

(Et merde, je suis pourtant sûr de l’avoir laissée sur la table)

A quel moment me reste-t-il assez de libre arbitre pour décider de mon environnement matériel et humain ?
Difficile d’être sûr d’avoir coupé tous les fils de cette toile qui s’immisce dans tant d’automatismes que je crois être des décisions murement réfléchies ?

(Vraiment ce n’est pas sympa de m’avoir fauché ma toupie)

Comment croire que tout ce que je vois, tout ce que je lis, n’est pas le résultat des calculs d’un algorithme quand j’en viens à éprouver du chagrin après la disparition d’un membre, élément moteur d’un groupe avec lequel je communique quasiment chaque jour ?
Et comme par hasard, j’ai eu également avec lui des affinités de lieux de vacances dans les méandres d’un fleuve pourtant peu connu d’Afrique avec des images de poissons suspendus se superposant dans ma « mémoire » et avec les clichés de pêche de cet « inconnu »
Comment croire que c’est également par hasard que dans le même groupe, je me suis lié d’amitié avec une inconnue ayant des idées sur le monde comme les miennes alors qu’elles sont de moins en moins répandues ?

Comment croire que l’Utopie n’est pas que le rêve impossible auquel aspirent des marionnettes dont les fils sont trop courts pour leur permettre d’y accéder.

(Et je vais faire comment à présent pour savoir si ce qui m’entoure est réel ?)

Pourquoi ai-je eu l’idée de ce texte qui vous semble absurde, cette nuit à un moment où je suis sensé dormir ?

Pourquoi …… ?

Mais il me semble que des pas se rapprochent : serait-ce l’agent Smith ?
Un téléphone sonne…
Je dois m’en aller


vendredi 25 janvier 2019

Souvenirs


Il est un coin de ma mémoire où je range mes souvenirs.

Comme dans un jardin j’y vais de temps en temps pour enlever les mauvaises herbes qui tentent d’envahir l’espace.

Je constate cependant que des vides se sont créés entre certains.

Réchauffement climatique, utilisation de défoliants ?

Quelle peut bien être la cause de ces espaces qui fragilisent l’ensemble.

Se pourrait-il que mon cerveau tel un ordinateur décide de lui-même d’un reset pour libérer de l’espace d’une foultitude de petits riens accumulés au fil des ans et qui polluent l’espace sans guère d’utilité ?

Ou bien, cheminant vers une échéance inéluctable, j’éprouve peut-être un besoin instinctif de faire le ménage afin de finir en beauté et passer sous le tapis ce que je ne souhaite pas emporter avec moi lors de mon dernier voyage avec Dame Camarde.

Difficile à dire mais j’espère juste que de doux souvenirs ne s’en soient pas allés car rattachés à d’autres moins agréables.

Car n’oublions pas (si j’ose dire) que souvent un souvenir, tel une pièce de monnaie, a deux faces, qui comme la représentation imagée du théâtre sont l’une souriante et l’autre grimaçante.

Chercher à les dissocier leur fait perdre leur sens profond.

Gardons-nous donc d’être sélectifs et acceptons notre passé pour ce qu’il a de bon autant que pour ce qu’il a de mauvais.

De toute façon nous ne pouvons plus rien changer or nous en inspirer pour notre futur.